L' Etat de Genève met des tests gratuits à disposition des jeunes

Gestion de carrière - 17 septembre 2010


L' Etat de Genève met des tests gratuits à disposition des jeunes
Elaboré par le Conseil interprofessionnel pour la formation (CIF), un test informatisé est à disposition des élèves en fin de scolarité obligatoire depuis ce mois-ci. Il a pour objectif de permettre aux jeunes à la recherche d'un apprentissage de passer au crible leurs compétences acquises dans les domaines des mathématiques et du français. Ce système de contrôle a été conçu pour servir d'alternative aux tests que certaines grandes entreprises suisses demandent de passer comme examen d'entrée. « Beaucoup d'entre eux sont payants et les familles des postulants doivent s'acquitter de sommes importantes. Cette situation est problématique, voire même illégale, car le coût des évaluations devrait normalement être couvert par l'employeur », affirme Grégoire Evéquoz, directeur général de l'OFPC (Office pour l'orientation, la formation professionnelle et continue).
Pour y remédier, les institutions compétentes ont choisi de développer plusieurs approches, dont des évaluations communes à l'attention des milieux professionnels. « 1500 élèves par année y prennent part. Cela fonctionne bien », constate le directeur. Toutefois, « certaines associations professionnelles recrutent au début du printemps car elles doivent répondre à des exigences spécifiques en matière de délais. » D'où la nécessité de trouver une nouvelle parade.
Genève fait office de pionnier
« Les tests que nous mettons à disposition sont susceptibles d'être passés tout au long de l'année. Ils comportent les mêmes aspects que les évaluations communes », précise Grégoire Evéquoz. Pas question cependant de marcher sur les plates-bandes des associations. « Les branches examinées sont le français et les mathématiques, deux domaines de compétences nécessaires pour poursuivre sa formation. » Quant aux domaines spécifiques et aux aptitudes requises dans leur cadre, par exemple l'habileté manuelle ou le sens logique, il appartient aux associations professionnelles de choisir leurs outils pour en rendre compte.
Opérationnel depuis le mois de septembre, le nouveau système d'évaluation de l'Etat de Genève a, de l'aveu de Grégoire Evéquoz, requis deux ans de préparation, terminés par une phase de tests grandeur nature. « Le passage de nos épreuves peut se faire de deux manières différentes. Soit le jeune peut venir se présenter individuellement à la Cité des métiers et de la formation
, soit nous pouvons organiser des sessions à la demande des entreprises. Genève est le 1er canton à proposer un outil de ce genre aux élèves en fin de scolarité », conclut le directeur général.
LP